Archives de catégorie : Evolution & défis

Quai Cyrano s’installe à Bergerac

L’Office de Tourisme de Bergerac Sud Dordogne et la Maison des Vins de Bergerac et Duras (IVBD) se sont installés ensemble dans une nouvelle structure, baptisée Quai Cyrano. Objectif : mutualiser leurs moyens et compétences afin de promouvoir d’une seule voix,
le vin, la culture et le tourisme de la destination.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2019 abonnez-vous

Une place de marché pour Serre-Ponçon

Destination d’activités outdoor par excellence, le lac de Serre-Ponçon concentre 10 % des revenus touristiques annuels du département des Hautes Alpes et 37,4 % de la fréquentation estivale. Ses 9 plages “pavillon bleu” attirent une clientèle familiale essentiellement française.

Issu de la fusion de 6 structures à la suite de la loi NOTRe, l’office de tourisme de Serre-Ponçon, dans les Hautes-Alpes, a depuis réorganisé l’ensemble de ses services et lance à la rentrée une place de marché qui se subsistera à la centrale de réservation.
Objectif : accroître la vente en ligne de séjours et d’activités touristiques.

Le 1er janvier 2017, naissait la Communauté de communes de Serre-Ponçon, fruit de la fusion des Communautés de communes de l’Embrunais et du Savinois Serre Ponçon avec les communes de Chorges et Pontis. Ce territoire élargi rassemble depuis 17 communes membres dont les deux stations villages de Réallon et de Crévoux. Celle des Orres a, elle, conservé son propre office de tourisme en tant que station classée. L’été, l’activité touristique de la destination se concentre plutôt autour du lac de Serre-Ponçon (37,4 % de la fréquentation estivale du département). Avec ses nombreuses plages, dont 9 sont labellisées “Pavillon Bleu” et son port nautique, le plus grand lac artificiel de France attire essentiellement une clientèle familiale avide d’activités de pleine nature.

Le nouvel office réunit désormais 14 salariés, soit 12,4 temps pleins. Les fonctions de chacun ont été réorganisées afin de faire émerger de nouvelles compétences et de spécialiser les postes via de la formation interne et externe.

Spécialisation des postes

Chargé d’animer ce territoire très touristique, le nouvel office de tourisme communautaire de Serre-Ponçon a dû réorganiser ses services à la suite de la fusion des 5 OT associatifs et du Comité de promotion. “L’office réunit désormais 14 salariés, soit 12,4 temps pleins. Notre première action a été de mutualiser et de réorganiser les fonctions de chacun afin de faire émerger de nouvelles compétences et de spécialiser les postes via de la formation interne et externe. D’où la création d’un community manager, d’un responsable marketing, d’un attaché de presse ou encore d’une responsable d’accueil. Les postes de direction des anciens OT ont également été requalifiés et réorganisés par pôles : marketing, presse, commercialisation, projet, accueil… Cela nous permet de nous appuyer sur l’expertise de chaque cadre dans des domaines pointus” explique Alexis Aubespin, directeur de l’OT de Serre-Ponçon.

La fusion a notamment permis au nouvel OT de réaliser des économies d’échelle (environ 10 % sur un budget annuel de 1,3 M m), avec, par exemple, l’édition d’un seul guide touristique pour l’ensemble de la destination. Grâce aux économies réalisées, l’OT a également pu investir dans un info truck, un camion mobile qui permet aux agents d’aller à la rencontre de la clientèle sur les lieux touristiques comme ici au lac de Saint-Apollinaire.

Montée en gamme

Cette réorganisation a notamment permis à l’OT d’obtenir rapidement un classement en catégorie 1, gage de qualité d’accueil et de services. Une étape complémentaire de la marque Qualité Tourisme obtenue par l’OT en mai dernier. A noter qu’il y a quelques mois, l’OT a accompagné la commune de Savines-le-Lac, dans l’obtention du classement station de tourisme, ce qui a fait d’elle la 1ère commune des Hautes-Alpes, hors stations de ski, à obtenir cette distinction.
Toujours dans cette optique de montée en gamme, l’OT de Serre-Ponçon lance à la rentrée un nouvel atelier destiné à accompagner les loueurs de meublés non professionnels à obtenir le classement de leurs biens. “Nous devons être davantage participatifs, c’est-à-dire jouer un rôle d’agence de services. Par ailleurs, nous allons lancer des programmes de formations à la carte à destination des hébergeurs en fonction de leurs besoins. Cela ira de la GRC à l’e-réputation, en passant par l’e-distribution. L’objectif étant de les accompagner dans le cadre du lancement de notre place de marché en septembre” explique Alexis Aubespin.

Gestion directe des socio-professionnels

Ce nouveau dispositif est destiné à remplacer la centrale de réservation dédiée aux hébergements et à l’offre de loisirs. L’OT ne jouera alors plus le rôle d’intermédiaires puisque les clients s’adresseront directement aux professionnels du tourisme via deux nouveaux sites : www.serreponcon-tourisme.com (pour les hébergements) et www.exploreserreponcon.com (pour les offres de loisirs telles que randonnées, excursions, locations de matériels de loisirs…). “La vente des activités de loisirs a entamé sa mutation vers une dématérialisation. En 3 ans, c’est 15 % de l’activité qui s’est déplacée sur le web. Quant aux hébergements, le marché est clairement dématérialisé y compris pour les plus petits opérateurs. Tous les professionnels, petits et grands, doivent donc maîtriser ces nouveaux outils numériques. Pour les accompagner, nous allons mettre en place une place de marché couplée à un Channel Manager. Ce fournisseur de services leur permettra de mettre automatiquement à jour leurs tarifs, disponibilités et réservations sur plusieurs plateformes à la fois. D’où un gain de temps et de productivité” assure le directeur. Pour créer et héberger cette place de marché (coût de 10 000 euros/an), l’OT a fait appel à l’agence savoyarde Alliance-Réseaux (pour les hébergements) et l’agence allemande RegionDo (pour les loisirs). Mais il a également formé son personnel en interne et embauché un second agent dédié (coût de 50 000 euros) pour animer le site marchand (placement de produits, promotion d’offres…) et aider les socioprofessionnels partenaires à l’utiliser.

Economie d’échelle

Du côté de la promotion, la fusion a également permis au nouvel OT de réaliser des économies d’échelle (environ 10 % sur un budget annuel de 1,3 M euros), avec, par exemple, l’édition d’un seul guide touristique et site web (www.serreponcon-tourisme.com) pour l’ensemble de la destination. L’argent économisé, environ 160 000 euros/an, a ainsi permis à l’OT de lancer de nouveaux produits ou services, à l’instar de la place de marché, d’un 2e</sup service commercial en interne, ou encore de cofinancer les opérations de promotion des socio-professionnels partenaires. Par exemple, l’OT a pris en charge 50 % de leur frais à l’occasion de leur participation au salon “Rendez-vous en France”. Grâce aux économies réalisées, l’OT souhaite également renforcer ses dispositifs de promotion hors les murs. Après l’acquisition l’été dernier d’un “info truck” (bus itinérant qui va à la rencontre de la clientèle sur les lieux touristiques), il projette d’acheter, l’an prochain, un bateau pour un coût de 45 000 euros. Ce dernier jouera lui aussi le rôle d’office de tourisme itinérant, mais sur le lac de Serre-Ponçon. Quant à la stratégie de promotion, l’OT souhaite poursuivre ses efforts de communication via le numérique avec notamment un travail sur la notoriété via les réseaux sociaux, les vidéos et photos ou l’édition de brochures revisitées. “Nous souhaitons dorénavant mettre l’expérience client au cœur de nos messages de promotion. Nous avons d’ailleurs formé 5 de nos agents à l’écriture de rédactionnels ciblant des filières stratégiques comme le nautisme, la plaisance, les activités de pleine nature afin de répondre aux attentes d’un certain type de clientèles. L’an prochain, nous allons travailler avec une agence sur la filière voile dans cette optique. Pour l’heure, la clientèle française (Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et Ile-de-France) constitue le marché prioritaire de la destination, même si nous ciblons aussi le Benelux, l’Allemagne et l’Italie” explique Alexis Aubespin. A la suite de la mise en place de ces nouvelles mesures depuis deux ans, l’OT a constaté une augmentation de 5 % de la fréquentation touristique sur la destination. Et espère poursuivre sur cette bonne dynamique.

Le lac de Serre-Ponçon en chiffres

• 90 km de rivages lacustres
• 10 ports et pontons publics
• 1 500 anneaux
• 3 stations d’avitaillement
• 9 plages “pavillon bleu”
• 66 977 lits touristiques
• 941 491 nuitées (été 2017)
• 210 M euros de chiffres d’affaires réalisées par les 850 entreprises situées au bord du lac

Un golf 18 trous en projet

La construction d’un golf 18 trous de 60 hectares sur les bords du lac de Serre-Ponçon à Crots se concrétise. Ce projet au coût de 7 M euros et financé par l’intercommunalité devrait aboutir en 2022. Ce golf qui devrait être accompagné d’un resort, permettra de développer et de diversifier l’offre touristique autour du lac. Mais également de compléter l’offre golfique. Les Alpes du Sud comptent déjà 5 golfs à Gap-Bayard, Montgenèvre, Digne-les-Bains, Barcelonnette et Manosque.

Article du numéro de Août-Septembre 2019 abonnez-vous

“Le tourisme est l’affaire de tous”

En mai dernier, Béziers Méditerranée a organisé l’événement “Parlons Tourisme”, une rencontre inédite où professionnels et institutionnels du tourisme ont échangé avec élus, chefs d’entreprises, commerçants et habitants sur les mutations du secteur et le rôle de l’office de tourisme de demain.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2019 abonnez-vous

Gevrey-Chambertin Nuits-Saint-Georges Tourisme dévoile ses projets

Il y a un an, les offices de tourisme de Nuits-Saint-Georges et de Gevrey-Chambertin fusionnaient pour donner naissance à une nouvelle structure en lien avec le Projet de Développement Touristique (PDT) du territoire. Ce dernier s’articule autour de 5 orientations déclinées en 16 fiches pour renforcer l’attractivité de la destination.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019 abonnez-vous

Comment maintenir un OT en milieu rural ?

Alors que le Bureau d’Information Touristique (BIT) de Clairac, petit village de la Vallée du Lot, était menacé de fermeture faute de flux touristiques suffisants, la mairie et l’OT du Val de Garonne ont lancé une expérimentation originale en le transférant au sein d’un “tiers lieu” où sont proposés divers services à la population et aux entreprises.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2019 abonnez-vous

Réenchanter la montagne auprès des jeunes

En lançant l’opération Génération Montagne en 2017, Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme s’est donné pour mission de reconquérir la clientèle jeune qui se détourne de plus en plus de la montagne. Ce qui constitue, à terme, une menace pour le renouvellement des clientèles. Pour inverser la tendance, Auvergne-Rhône-Alpes et ses partenaires proposent un plan d’actions mutualisé cette année.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2019 abonnez-vous

Un contrat de station pour rénover l’hébergement touristique

Afin de moderniser l’hébergement touristique des stations balnéaires et de montagne et lutter ainsi contre le problème des lits froids (non commercialisés), le gouvernement lance les contrats de stations. Ce dispositif d’aide à la rénovation sera expérimenté
dans 13 stations balnéaires et de montagne.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018 abonnez-vous

Iconic Sport Sites, un label mondial

Comment exploiter la dimension touristique d’un site sportif mythique à l’année et en faire un levier d’attractivité pour le territoire ? Tel est l’enjeu du label “Iconic Sport Sites” que lance
la mairie de Roubaix avec ses partenaires. L’objectif étant de développer un réseau mondial qui regrouperait tous les sites sportifs d’exception.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018 abonnez-vous