Archives de catégorie : Le chiffre

2,2 millions

C’est le nombre de touristes chinois qui ont visité la France en 2018. Une clientèle de poids pour notre pays notamment en termes de retombées économiques puisque leur consommation touristique est estimée à 4 milliards d’euros (soit 1 024 € de dépense par jour). La crise du coronavirus pourrait, ainsi, mettre à mal cette manne économique en cas de ralentissement des flux touristiques en provenance de Chine.
Alors qu’ils n’étaient que 715 000 en 2009, le nombre de touristes chinois n’a fait que progresser ces dix dernières années. Paris et l’Ile-de-France restent d’ailleurs la destination européenne la plus visitée par ces clientèles asiatiques. Si la crise du coronavirus perdure, les professionnels du tourisme redoutent un impact économique important notamment sur le secteur du luxe et de l’hôtellerie.

32 milliards d’euros

C’est le montant des retombées économiques générées par les événements d’entreprise et d’institution réalisées l’an dernier, suite à l’étude commanditée par un collectif d’organisations professionnelles et d’institutions (Atout France, Unimev, Lévénement, OTCP, la Banque des territoires, la DGE…). Cette première étude sur le poids et les retombées des événements d’entreprise et d’institution démontre l’importance économique et la dimension stratégique de ce segment d’activité pour l’économie française et le développement des territoires.

 

En savoir plus

L’étude évalue à 380 000, le nombre d’événements d’entreprise et d’institution organisés en France métropolitaine en 2018. 54% sont des séminaires avec pour objectif la réflexion commune ou la définition d’axes stratégiques, 20 % concernent des soirées d’entreprises visant à fédérer et à marquer les esprits et 13 % sont des événements de communication externe visant à informer et convaincre un public ciblé. Ces événements ont accueilli 52 millions de participants au total.

A noter que 44 % des retombées en termes de dépenses personnelles sont générées par la clientèle internationale qui représente 11% des participants. Par ailleurs, 60 % des publics résident dans la région où se tient l’événement, traduisant ainsi un marché majoritairement de proximité. Avec 32 % des participants, l’Ile-de-France avec Paris est la première région d’accueil.

215

C’est le nombre de millions de nuitées hôtelières enregistrées l’an dernier, soit + 2,4 % par rapport à 2017, d’après l’étude annuelle réalisée par KPMG sur les ratios d’exploitation et de gestion d’un panel de près de 45 % du parc hôtelier homologué français, soit près de 3 000 hôtels. Il s’agit d’une année record pour l’hôtellerie.

 

En savoir plus

En 2018, toutes les catégories ont enregistré une hausse de leur taux d’occupation par rapport à 2017, à l’exception de l’hôtellerie super-économique (1 et 2 étoiles). La catégorie 5 étoiles a connu la plus forte croissance (+8 % par rapport à 2017).

Pour 2019, l’heure est à la stabilisation. Néanmoins, les effets du Brexit (incertitudes liées aux visas, dévaluation de la livre sterling…) pourraient avoir des répercussions financières sur l’industrie touristique française, étant donné que le Royaume-Uni constitue la 1ère clientèle étrangère en France avec 13 millions d’arrivées en 2018.

60 %

C’est le taux d’occupation moyen des hébergements en stations de montagnes sur la saison d’été. Soit une progression de la fréquentation de plus de 4 % par rapport à 2018, avec notamment sur les deux dernières semaines d’août, une augmentation prévisionnelle de plus de 10 %. A noter un engouement particulier pour les stations dites « villages » (+ 6 %), notamment les plus petites (- 5 000 lits).

En savoir plus

« Ces chiffres très encourageants viennent confirmer ce que nous pressentions en début de saison, à savoir un retour en force de la montagne l’été. Les températures caniculaires n’expliquent pas tout. Les stations de montagne récoltent les fruits de leur politique de diversification, avec de multiples activités ludiques et sportives pour tous les publics. Au-delà, la montagne répond aux aspirations des Français : plus de nature, plus d’authenticité, en famille et au grand air », souligne Charles-Ange Ginésy, président de l’ANMSM, Association Nationale des Maires des Stations de Montagne.

1 188 euros

C’est le budget moyen pour un séjour à la montagne l’été, soit un budget de 49 € par nuit et par personne. Tel est l’un des éléments de l’étude dévoilée par l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM), en partenariat avec le cabinet G2A, sur le profil et les motivations des Français qui partent en montagne l’été.

Le premier poste de dépense est l’hébergement (38 %). En comparaison, le budget des vacanciers qui choisissent une autre destination de vacances est d’environ 1 400 € (1 656 € pour une destination ville, 1 047 € pour la campagne, 1 391 € pour le littoral). Au final, le taux de satisfaction affiché après des vacances à la montagne l’été est remarquablement élevé : 8,6/10, contre 8,2/10 en hiver. Et parmi les répondants partis à la montagne ces deux derniers étés, 66 % d’entre eux souhaitaient repartir cet été 2019 !

212

Comme le nombre de congrès internationaux organisés en 2018 à Paris-Ile-de-France. Ce qui classe la destination largement devant Vienne (172 congrès), Madrid (165), Barcelone (163) et Berlin (162) dans le classement de référence de l’International Congress and Convention Association (ICCA).

L’ouverture fin 2017 du Paris Convention Centre géré par Viparis, filiale de la CCI Paris Ile-de-France, a fortement contribué au retour de la capitale en tête du classement ICCA. Paris redevient ainsi la ville la plus attractive au monde dans ce segment hautement concurrentiel du tourisme d’affaires. Chaque année, les congrès et les salons génèrent ainsi 5,5 milliards d’euros de retombées économiques et 85 000 emplois sur la destination.

226

Comme le nombre de nuitées de clientèles étrangères enregistrées l’an dernier, soit une progression de 7 %, d’après Protourisme.

En savoir plus

L’année 2018 s’est ainsi avérée être une année positive avec une hausse de 2 milliards d’€ du chiffre d’affaires hébergement touristique. Quant au baromètre sur les pratiques touristiques des Français du cabinet Raffour Interactif, il révèle que 66 % des Français sont partis en vacances en 2018. Ce qui constitue un record.