Archives de catégorie : Marques & territoires

Biarritz Pays basque, à l’assaut du monde

A travers sa nouvelle marque de promotion Biarritz Pays basque, la destination part à la conquête d’une clientèle internationale, qui ne représente pour l’heure que 30 % des nuitées touristiques. Un vaste dispositif de campagnes de promotion à l’étranger a été lancé cette année auprès de plusieurs marchés cibles.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2019 abonnez-vous

Naissance de la Vallée de la Gastronomie

Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Provence-Alpes-Côte d’Azur s’unissent pour lancer une destination touristique dédiée à la gastronomie, aux vins et produits de terroir. De Dijon à Marseille, en passant par Lyon, cette vallée a pour ambition
de devenir une destination gourmande d’envergure internationale.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2019 abonnez-vous

Tout commence en Finistère

Pilotée par l’agence Finistère 360°, la marque de territoire Tout commence en Finistère a été créée pour mobiliser l’ensemble des acteurs du département autour d’un objectif commun : renforcer l’attractivité de la destination à travers plusieurs prismes, dont celui du tourisme. Une stratégie de promotion transversale qui a déjà séduit 1 300 ambassadeurs de la marque.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2019 abonnez-vous

L’Alsace, terre de châteaux forts

Avec plus de 530 000 visiteurs par an, le château du Haut-Kœnigsbourg est le plus visité d’Alsace et concentre 78 % de la fréquentation globale des châteaux médiévaux de la destination.

Avec 80 édifices pour la plupart visitables, l’Alsace est l’un des territoires d’Europe qui compte le plus grand nombre de châteaux forts médiévaux. La nouvelle marque “Alsace, terre de châteaux forts”, portée par Alsace Destination Tourisme, a pour objectif de structurer l’offre et de mieux la promouvoir auprès des touristes.

Si l’Alsace est réputée pour ses vignobles, ses villages typiques avec ses maisons à colombages, et sa gastronomie locale, elle l’est moins pour ses nombreux châteaux médiévaux ancrés sur l’ensemble du territoire. Vestiges d’un passé tumultueux, ces châteaux et cités fortifiées constituent pourtant un patrimoine architectural unique. “Le tourisme autour de cette thématique offre un réel potentiel de développement. Il fait partie des axes prioritaires de la Stratégie d’Innovation et de Développement Touristique pour l’Alsace 2017-2021. En rendant l’offre plus visible et plus attractive auprès du grand public grâce à la marque “Alsace, terre de châteaux forts”, notre objectif est notamment de favoriser un tourisme d’itinérance à travers la région et d’augmenter la durée des séjours sous cet angle culturel” explique Guillaume Maciel, référent de la thématique “Vivre le fantastique des châteaux et cités fortifiées”au sein d’ADT.
Si l’Alsace compte 80 châteaux, en ruine pour un grand nombre, seuls cinq sites sont payants. Le plus connu et fer de lance du tourisme alsacien demeure le château du Haut-Kœnigsbourg avec environ 530 000 visiteurs par an, ce qui le place immédiatement derrière Chambord en termes de fréquentation. En seconde position, le château de Kintzheim, réputé pour ses spectacles de rapaces, attire 140 000 visiteurs par an, suivi du château de Fleckenstein (70 000 visiteurs), de Hohlandsbourg (60 000 visiteurs) et de Lichtenberg (25 000 visiteurs). Au total, ces cinq édifices cumulent plus de 810 000 entrées chaque année. “Ils sont les vitrines de l’Alsace, mais notre mission est de mettre en valeur tous les châteaux du territoire qui sont, pour la majorité, en libre accès comme ceux de Ribeauvillé, d’Eguisheim, ou encore ceux de l’Alsace centrale ou de la région du Sundgau, à la frontière suisse… Nous souhaitons également promouvoir nos belles cités fortifiées médiévales : Obernai, Riquewihr, Bergheim, Wissembourg…” assure Guillaume Maciel. Parmi les clientèles touristiques visées (outre les Alsaciens eux-mêmes) : celles en provenance du Grand Est, de l’Ile-de-France, mais aussi les pays de proximité comme le Luxembourg, la Belgique, l’Allemagne et la Suisse.

Du haut de ses 370 mètres, le château fort de Fleckenstein fait également partie des sites les plus fréquentés avec près de 70 000 visiteurs chaque année. La nuit, des sons et lumières sont organisés afin de rendre la visite plus attractive.

Un travail partenarial

Si le territoire compte pléthore de châteaux, les acteurs touristiques qui travaillent sur cette thématique, le sont tout autant. Ainsi, Alsace Destination Tourisme qui est chargée de la promotion des édifices, est amenée à collaborer avec bon nombre de partenaires : les institutionnels (Départements, Région, Europe, Commissariat du Massif des Vosges), les prestataires touristiques alsaciens et du Contrat de destination Massif des Vosges, sans oublier les nombreuses associations qui animent et conservent les châteaux. Les deux principales sont Châteaux Forts Vivants (qui regroupe une vingtaine de petites associations locales) et Châteaux Forts d’Alsace. Leur rôle est important puisque si les châteaux appartiennent pour la plupart aux collectivités, ils sont souvent gérés et entretenus par des bénévoles passionnés. D’autres partenaires jouent aussi un rôle clé comme le Club Vosgien (pour la randonnée) ou encore les ambassadeurs du territoire (influenceurs, habitants, entreprises…) qui contribuent à sa promotion. “Notre rôle est de trouver des synergies avec l’ensemble des acteurs touristiques afin de faire de l’Alsace une destination de référence sur cette thématique.
L’objectif d’ADT est aujourd’hui de développer la notoriété de l’ensemble des 80 châteaux alsaciens. Elle dispose, pour cela, d’un budget global d’environ 800 000 m sur 4 ans.
Nous avons tous les atouts : un patrimoine castral remarquable situé dans un environnement naturel préservé, mais également une offre touristique dynamique. Car de nombreux châteaux proposent une programmation riche et variée avec des visites guidées, mais aussi des dégustations, des concerts, des expositions, des spectacles, des conférences, des ateliers, des randonnées thématiques… L’objectif étant de faire rêver les visiteurs qui souhaitent vivre aujourd’hui des expériences uniques dans un cadre qui l’est tout autant” explique Guillaume Maciel. Dans ce domaine, l’Alsace innove puisqu’elle a recours de plus en plus aux outils numériques, à l’instar de la visite immersive “Le rêve d’Icare” proposée dans huit châteaux de la destination.

Concerts, expositions, animations, spectacles, conférences, ateliers, randonnées thématiques… sont au programme du château de Lichtenberg, érigé au début du 13e siècle.

Des itinéraires structurés

Pour promouvoir les châteaux alsaciens, ADT mène plusieurs opérations comme “Tous aux châteaux pour le 1er mai”. Pendant cette journée, 34 châteaux forts et cités d’Alsace proposent diverses animations pour la plupart gratuites : visites guidées, chasses au trésor, démonstrations de combats (tournois), ateliers d’art, expositions, spectacles, repas thématiques… L’édition de l’an dernier avait attiré 12 500 personnes contre 4 500 en 2017, preuve de l’intérêt grandissant des visiteurs pour ce patrimoine. “Tous aux châteaux” est une injonction que l’on décline pour l’ensemble de nos animations comme “Tous aux châteaux pour vivre le rêve d’Icare” ou “Tous aux châteaux pour les journées gourmandes” pendant laquelle sont proposées des dégustations, des animations musicales… “On retrouve également cette logique dans les réseaux sociaux via la promotion du #tousauxchateaux. La ligne directrice de notre communication repose d’ailleurs sur la dimension fantastique de l’Alsace médiévale” renchérit Guillaume Maciel. En parallèle de ces actions, ADT pilote “la Route des Châteaux et Cités fortifiées d’Alsace” qui réunit 16 membres. Huit autres sites s’apprêtent à rejoindre le réseau d’ici la fin de l’année. Pour y adhérer et bénéficier des outils de communication et des animations proposées dans ce cadre, les membres doivent payer une cotisation comprise (entre 1 500 et 3 000 m) à l’année. Plus globalement, ADT a pour mission de promouvoir l’ensemble des produits touristiques de la destination dont le Chemin des Châteaux forts d’Alsace, créé par l’association Châteaux forts d’Alsace et le Club Vosgien. Ce sentier long de 450 km relie, du nord au sud, les 80 châteaux du territoire en 26 étapes de 18 km chacune en moyenne. Chaque sentier est balisé (1 500 panneaux directionnels ont été installés) et deux guides ont été édités en lien avec le circuit. Une vidéo de promotion, dont ADT est maître d’ouvrage, sera prochainement diffusée sur les réseaux sociaux. “A l’avenir, nous souhaiterions mettre en marché ce sentier, avec pourquoi pas, la mise en place d’un transport de bagages pour les randonneurs. Cela s’inscrit dans notre stratégie de structuration de l’offre touristique. D’une façon générale, nous envisageons de créer, plus tard, des séjours packagés incluant des visites de châteaux, des nuitées, de la restauration, des activités sportives et culturelles à proximité… Il nous faut pour cela travailler en étroite collaboration avec les acteurs du territoire. Nous sommes confiants, car il y a aujourd’hui une vraie dynamique autour de ce type de tourisme” conclut Guillaume Maciel.

L’ancienne forteresse de Hohlandsbourg, partiellement restaurée, dispose de remparts à la vue imprenable sur toute la région, et jusqu’aux Alpes suisses par temps clair. Outre des ateliers et expositions, des animations originales, comme des banquets médiévaux, sont proposées tout au long de la saison.

Le rêve d’Icare

Visiter les châteaux vus du ciel, tel est le concept de la visite immersive, baptisée Le rêve d’Icare, proposée aux touristes dans 8 sites, dont le Haut-Koenigsbourg, Châtenois, le Haut-Barr, Wangenbourg… Installé dans un transat et équipé d’un casque de réalité virtuelle, le visiteur peut ainsi découvrir en direct les différentes perspectives des sites et de leur environnement, captées par un drone, le tout commenté par un guide. Portée par Alsace Destination Tourisme, cette innovation numérique, unique en France, a été développée par la société Drone Alsace pour un budget de 70 000 m sur deux ans (2019-2020). “Un des atouts de ce dispositif est qu’il permet au public porteur de handicaps moteurs de visiter virtuellement ce patrimoine. Et ce type de visite séduit aussi le jeune public” renchérit Guillaume Maciel. En savoir plus sur
www.alsaceterredechateaux.com

Article du  numéro de Mai 2019 abonnez-vous

La Lorraine se révèle

“Lorraine, vous révéler”, tel est le nom de la nouvelle marque d’attractivité lancée en septembre dernier par trois acteurs du territoire, la Région Grand Est, Lorraine Tourisme et AGRIA Grand Est. Objectif : faire découvrir ou redécouvrir ce territoire en valorisant ses atouts touristiques, ses savoir-faire d’excellence ou encore la qualité de ses produits tout en fédérant les acteurs du territoire.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019 abonnez-vous

Les Hautes Vallées,
une nouvelle marque dans le Briançonnais

Situés à hautes altitudes dans le Briançonnais, les territoires de La Grave, La Clarée et L’Izoard, sont désormais réunis sous une seule marque de destination : les Hautes Vallées. Le nouvel OT communautaire souhaite ainsi favoriser un tourisme d’itinérances entre ces trois territoires de montagne aux offres complémentaires.

Créé début 2018 dans le cadre de la loi NOTRe, l’Office de tourisme des Hautes-Vallées-la Grave, la Clarée et l’Izoard, regroupe désormais huit communes de la Communauté de Communes du Briançonnais : la Grave, Villar d’Arène, Névache, Val-des-Prés, Cervières, Villard-Saint-Pancrace, Puy-Saint-Pierre et Puy-Saint-André. Ce nouvel office de tourisme communautaire, qui emploie 9 personnes, est à l’origine de la nouvelle marque de destination “Hautes Vallées”, lancée en décembre dernier. L’objectif : structurer et valoriser l’offre touristique de ce territoire de montagne aux multiples ambiances. “Il s’agit de créer une véritable destination touristique autour de ces trois territoires préservés qui proposent chacun une offre différente mais complémentaire. Le fait de réunir ces offres touristiques autour d’une marque commune va nous permettre de mieux les promouvoir mais surtout de favoriser un tourisme d’itinérance entre ces territoires assez éloignés les uns des autres. Nous espérons ainsi augmenter la durée de séjours sur place des clientèles” explique Elodie Lefebvre.

Les trois territoires des Hautes Vallées proposent chacun une offre touristique différente mais complémentaire, en toutes saisons et dans un cadre de haute montagne totalement préservé. De quoi séduire une clientèle en quête de grands espaces naturels pour se ressourcer le temps d’un séjour.

Une offre complémentaire

En effet, la particularité de cette destination est d’être composée de trois territoires aux identités propres. Niché au pied des glaciers et de la haute montagne, dans le parc national des Ecrins, La Grave est devenue le rendez-vous incontournable des freeriders. Ces derniers viennent d’ailleurs du monde entier dévaler les pentes non damées, ni balisées de ce domaine unique grâce aux Téléphériques des Glaciers de la Meije qui les emmènent à 3 200 m d’altitude. La Clarée propose, elle, une ambiance totalement différente. Située à proximité de Briançon, cette vallée est le paradis des randonneurs l’été, mais également des fondeurs l’hiver grâce à ses domaines nordiques.
Classée au titre des Sites naturels, elle offre 20 000 hectares de pure nature entre 1 600 et 3 178 m et compte de nombreux petits villages traditionnels de montagne. Quant à l’Izoard, il est mondialement connu notamment par les cyclistes qui viennent nombreux chaque année faire l’ascension de ce col mythique à 2 360 mètres d’altitude. “Ces trois territoires offrent de multiples activités praticables en toute saison avec l’été, de la randonnée, du cyclisme, du VTT, du rafting, de l’alpinisme et de l’escalade… Et l’hiver, tous les sports de glisse sont représentés. Mais c’est aussi une destination au patrimoine architectural traditionnel préservé, avec un véritable savoir-faire artisanal, des produits locaux de qualité… Les Hautes Vallées sont ainsi la destination idéale pour tous ceux qui recherchent un environnement nature, authentique et sauvage, à l’opposé d’un tourisme de masse. De même, à travers notre nouvelle marque, nous souhaitons nous positionner ensemble comme une destination durable et unique où le tourisme va de pair avec la vie locale” explique Elodie Lefebvre.

Immensité, sauvage, hors du temps, diversité profondeur, contemplatif… tels sont les mots clés qualifiant la découverte du territoire des Hautes Vallées. La destination est, en effet, réputée pour son patrimoine naturel mais aussi architectural, riche d’authenticité.

Une identité visuelle fédératrice

Pour véhiculer ces messages au sein de sa nouvelle marque de destination, l’OT des Hautes Vallées a fait appel à l’agence briançonnaise Studio Havana. Ce dernier a ainsi été chargé de réaliser la charte graphique de la marque et son identité visuelle. Avec son look plutôt vintage, le logo met en scène sommets, cirques, vallées et lacs miroir, le tout dans des tonalités chaleureuses, joyeuses et naturelles, soit en rupture avec les clichés vert et bleu souvent associés à la montagne. Par ailleurs, le logo a été décliné avec des couleurs et des formes différentes pour chacune des trois destinations. Cette identité visuelle apparaîtra désormais sur tous les supports de communication de l’OT.

Un plan axé sur du marketing digital

Pour promouvoir la destination Hautes Vallées, un plan d’actions commun a été lancé, avec un accent mis en particulier sur le marketing digital. D’où la création d’un site web portail (www.hautesvallees.com) qui présente des idées d’expériences à vivre autour des trois territoires, et renvoie également l’internaute sur les sites web des destinations de La Grave et de La Clarée. En complément, la communication se fait essentiellement via les réseaux sociaux (Facebook et Instagram), et un Journal commun, présentant les différentes offres des territoires, est distribué dans plusieurs offices de tourisme basés de Lyon à Gap. Trois guides pratiques seront également réalisés dans l’année. La marque de destination devrait également être présentée au Salon Expérience Montagne à Paris en novembre prochain. Outre la promotion de ce territoire, la mission du nouvel OT est également de mobiliser et fédérer les nombreux professionnels du tourisme de la destination (hébergeurs, restaurateurs, gestionnaires de sites, loueurs de matériels sportifs et commerçants…) autour de la marque commune. “Chacun avait pris l’habitude de travailler de son côté. Notre objectif est de créer des passerelles entre eux, ce qui devrait nous permettre de créer des circuits itinérants sur plusieurs jours. Notre travail dans les prochains mois consistera, entre autres, à accompagner les prestataires dans la création de produits packagés autour de la randonnée, du vélo, des sorties raquettes ou ski de randonnée, avec des nuitées en refuge… Nous visons tous les publics : les familles, les seniors, les groupes d’amis… Et plus particulièrement tous ceux qui sont en quête d’une déconnexion au plus près de la nature. Le tourisme scientifique est également un segment que nous allons travailler puisque le territoire dispose de sites intéressants comme la Maison de la géologie et le Jardin du Lautaret” explique Elodie Lefebvre.
Pour l’heure, l’OT des Hautes Vallées cible essentiellement les clientèles en provenance de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec les bassins de Lyon et Grenoble (proche de La Grave) et la région de Marseille. Du côté du public étranger, les Italiens (La Clarée est frontalière de l’Italie), les Anglais (des habitués de la Grave) et l’Espagne sont particulièrement visés. “Nous avons toutes les cartes en main pour faire des Hautes Vallées une destination de pleine nature d’excellence dans les Alpes, quel que soient les saisons” conclut la directrice.

Avec son look vintage, le logo met en scène sommets, cirques, vallées et lacs miroir, soit les sites emblématiques de la destination. Les couleurs se veulent chaleureuses et naturelles, bien loin des clichés habituels vert et bleu souvent associés à la montagne.

ZOOM
Une meilleure accessibilité
Un nouveau système de bus a été mis en place pour la saison de ski jusqu’au 21 avril pour faciliter les déplacements des touristes entre les aéroports/gares TGV les plus proches et la Vallée de la Clarée. Il s’agit des navettes Linkbus qui desservent désormais 7 stations de ski dont Serre Chevalier Briançon, Montgenèvre, Puy Saint Vincent, La Grave, Névache, mais aussi les stations italiennes de Clavière et Cesana. Le tout au départ des aéroports de Lyon Saint Exupéry, Grenoble Isère et Turin-Caselle en Italie. Mais aussi au départ des gares TGV de Lyon et de Oulx (Italie), elles-mêmes desservies par le TGV en provenance de Paris.

Article du numéro de Mars 2019 abonnez-vous

Openîmes veut fédérer son territoire

Hello ! Openîmes, tel est le nom de la nouvelle marque de territoire de Nîmes Métropole. Son objectif ? Attirer de nouveaux habitants, entrepreneurs, étudiants mais aussi touristes sur le territoire. La création d’un nouvel office communautaire devrait permettre
de déployer cette marque et renforcer ainsi l’attractivité de la destination.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2019 abonnez-vous

La marque de territoire, un outil fédérateur

Cet hiver, les stations des Pyrénées Haut Garonnaises et celles de la Plagne en Tarentaise lancent leur nouvelle marque de territoire. Ces deux stratégies ont notamment pour mission de fédérer les acteurs autour d’une identité forte mais également de renforcer le positionnement touristique de la destination autour de valeurs communes.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2019 abonnez-vous

Avec MOSL, la Moselle veut changer d’image

Derrière ces quatre lettres se cache “Moselle Sans Limite”, la nouvelle marque de territoire créée par Moselle Attractivité et le Conseil départemental. Cette marque partagée et globale vise à stimuler la mise en œuvre de projets innovants pour révéler une autre facette de la Moselle, plus moderne, tournée vers l’avenir et ouverte sur le monde.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018 abonnez-vous