L’Alsace, terre de châteaux forts

Avec plus de 530 000 visiteurs par an, le château du Haut-Kœnigsbourg est le plus visité d’Alsace et concentre 78 % de la fréquentation globale des châteaux médiévaux de la destination.

Avec 80 édifices pour la plupart visitables, l’Alsace est l’un des territoires d’Europe qui compte le plus grand nombre de châteaux forts médiévaux. La nouvelle marque “Alsace, terre de châteaux forts”, portée par Alsace Destination Tourisme, a pour objectif de structurer l’offre et de mieux la promouvoir auprès des touristes.

Si l’Alsace est réputée pour ses vignobles, ses villages typiques avec ses maisons à colombages, et sa gastronomie locale, elle l’est moins pour ses nombreux châteaux médiévaux ancrés sur l’ensemble du territoire. Vestiges d’un passé tumultueux, ces châteaux et cités fortifiées constituent pourtant un patrimoine architectural unique. “Le tourisme autour de cette thématique offre un réel potentiel de développement. Il fait partie des axes prioritaires de la Stratégie d’Innovation et de Développement Touristique pour l’Alsace 2017-2021. En rendant l’offre plus visible et plus attractive auprès du grand public grâce à la marque “Alsace, terre de châteaux forts”, notre objectif est notamment de favoriser un tourisme d’itinérance à travers la région et d’augmenter la durée des séjours sous cet angle culturel” explique Guillaume Maciel, référent de la thématique “Vivre le fantastique des châteaux et cités fortifiées”au sein d’ADT.
Si l’Alsace compte 80 châteaux, en ruine pour un grand nombre, seuls cinq sites sont payants. Le plus connu et fer de lance du tourisme alsacien demeure le château du Haut-Kœnigsbourg avec environ 530 000 visiteurs par an, ce qui le place immédiatement derrière Chambord en termes de fréquentation. En seconde position, le château de Kintzheim, réputé pour ses spectacles de rapaces, attire 140 000 visiteurs par an, suivi du château de Fleckenstein (70 000 visiteurs), de Hohlandsbourg (60 000 visiteurs) et de Lichtenberg (25 000 visiteurs). Au total, ces cinq édifices cumulent plus de 810 000 entrées chaque année. “Ils sont les vitrines de l’Alsace, mais notre mission est de mettre en valeur tous les châteaux du territoire qui sont, pour la majorité, en libre accès comme ceux de Ribeauvillé, d’Eguisheim, ou encore ceux de l’Alsace centrale ou de la région du Sundgau, à la frontière suisse… Nous souhaitons également promouvoir nos belles cités fortifiées médiévales : Obernai, Riquewihr, Bergheim, Wissembourg…” assure Guillaume Maciel. Parmi les clientèles touristiques visées (outre les Alsaciens eux-mêmes) : celles en provenance du Grand Est, de l’Ile-de-France, mais aussi les pays de proximité comme le Luxembourg, la Belgique, l’Allemagne et la Suisse.

Du haut de ses 370 mètres, le château fort de Fleckenstein fait également partie des sites les plus fréquentés avec près de 70 000 visiteurs chaque année. La nuit, des sons et lumières sont organisés afin de rendre la visite plus attractive.

Un travail partenarial

Si le territoire compte pléthore de châteaux, les acteurs touristiques qui travaillent sur cette thématique, le sont tout autant. Ainsi, Alsace Destination Tourisme qui est chargée de la promotion des édifices, est amenée à collaborer avec bon nombre de partenaires : les institutionnels (Départements, Région, Europe, Commissariat du Massif des Vosges), les prestataires touristiques alsaciens et du Contrat de destination Massif des Vosges, sans oublier les nombreuses associations qui animent et conservent les châteaux. Les deux principales sont Châteaux Forts Vivants (qui regroupe une vingtaine de petites associations locales) et Châteaux Forts d’Alsace. Leur rôle est important puisque si les châteaux appartiennent pour la plupart aux collectivités, ils sont souvent gérés et entretenus par des bénévoles passionnés. D’autres partenaires jouent aussi un rôle clé comme le Club Vosgien (pour la randonnée) ou encore les ambassadeurs du territoire (influenceurs, habitants, entreprises…) qui contribuent à sa promotion. “Notre rôle est de trouver des synergies avec l’ensemble des acteurs touristiques afin de faire de l’Alsace une destination de référence sur cette thématique.
L’objectif d’ADT est aujourd’hui de développer la notoriété de l’ensemble des 80 châteaux alsaciens. Elle dispose, pour cela, d’un budget global d’environ 800 000 m sur 4 ans.
Nous avons tous les atouts : un patrimoine castral remarquable situé dans un environnement naturel préservé, mais également une offre touristique dynamique. Car de nombreux châteaux proposent une programmation riche et variée avec des visites guidées, mais aussi des dégustations, des concerts, des expositions, des spectacles, des conférences, des ateliers, des randonnées thématiques… L’objectif étant de faire rêver les visiteurs qui souhaitent vivre aujourd’hui des expériences uniques dans un cadre qui l’est tout autant” explique Guillaume Maciel. Dans ce domaine, l’Alsace innove puisqu’elle a recours de plus en plus aux outils numériques, à l’instar de la visite immersive “Le rêve d’Icare” proposée dans huit châteaux de la destination.

Concerts, expositions, animations, spectacles, conférences, ateliers, randonnées thématiques… sont au programme du château de Lichtenberg, érigé au début du 13e siècle.

Des itinéraires structurés

Pour promouvoir les châteaux alsaciens, ADT mène plusieurs opérations comme “Tous aux châteaux pour le 1er mai”. Pendant cette journée, 34 châteaux forts et cités d’Alsace proposent diverses animations pour la plupart gratuites : visites guidées, chasses au trésor, démonstrations de combats (tournois), ateliers d’art, expositions, spectacles, repas thématiques… L’édition de l’an dernier avait attiré 12 500 personnes contre 4 500 en 2017, preuve de l’intérêt grandissant des visiteurs pour ce patrimoine. “Tous aux châteaux” est une injonction que l’on décline pour l’ensemble de nos animations comme “Tous aux châteaux pour vivre le rêve d’Icare” ou “Tous aux châteaux pour les journées gourmandes” pendant laquelle sont proposées des dégustations, des animations musicales… “On retrouve également cette logique dans les réseaux sociaux via la promotion du #tousauxchateaux. La ligne directrice de notre communication repose d’ailleurs sur la dimension fantastique de l’Alsace médiévale” renchérit Guillaume Maciel. En parallèle de ces actions, ADT pilote “la Route des Châteaux et Cités fortifiées d’Alsace” qui réunit 16 membres. Huit autres sites s’apprêtent à rejoindre le réseau d’ici la fin de l’année. Pour y adhérer et bénéficier des outils de communication et des animations proposées dans ce cadre, les membres doivent payer une cotisation comprise (entre 1 500 et 3 000 m) à l’année. Plus globalement, ADT a pour mission de promouvoir l’ensemble des produits touristiques de la destination dont le Chemin des Châteaux forts d’Alsace, créé par l’association Châteaux forts d’Alsace et le Club Vosgien. Ce sentier long de 450 km relie, du nord au sud, les 80 châteaux du territoire en 26 étapes de 18 km chacune en moyenne. Chaque sentier est balisé (1 500 panneaux directionnels ont été installés) et deux guides ont été édités en lien avec le circuit. Une vidéo de promotion, dont ADT est maître d’ouvrage, sera prochainement diffusée sur les réseaux sociaux. “A l’avenir, nous souhaiterions mettre en marché ce sentier, avec pourquoi pas, la mise en place d’un transport de bagages pour les randonneurs. Cela s’inscrit dans notre stratégie de structuration de l’offre touristique. D’une façon générale, nous envisageons de créer, plus tard, des séjours packagés incluant des visites de châteaux, des nuitées, de la restauration, des activités sportives et culturelles à proximité… Il nous faut pour cela travailler en étroite collaboration avec les acteurs du territoire. Nous sommes confiants, car il y a aujourd’hui une vraie dynamique autour de ce type de tourisme” conclut Guillaume Maciel.

L’ancienne forteresse de Hohlandsbourg, partiellement restaurée, dispose de remparts à la vue imprenable sur toute la région, et jusqu’aux Alpes suisses par temps clair. Outre des ateliers et expositions, des animations originales, comme des banquets médiévaux, sont proposées tout au long de la saison.

Le rêve d’Icare

Visiter les châteaux vus du ciel, tel est le concept de la visite immersive, baptisée Le rêve d’Icare, proposée aux touristes dans 8 sites, dont le Haut-Koenigsbourg, Châtenois, le Haut-Barr, Wangenbourg… Installé dans un transat et équipé d’un casque de réalité virtuelle, le visiteur peut ainsi découvrir en direct les différentes perspectives des sites et de leur environnement, captées par un drone, le tout commenté par un guide. Portée par Alsace Destination Tourisme, cette innovation numérique, unique en France, a été développée par la société Drone Alsace pour un budget de 70 000 m sur deux ans (2019-2020). “Un des atouts de ce dispositif est qu’il permet au public porteur de handicaps moteurs de visiter virtuellement ce patrimoine. Et ce type de visite séduit aussi le jeune public” renchérit Guillaume Maciel. En savoir plus sur
www.alsaceterredechateaux.com

Article du  numéro de Mai 2019 abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *